Les Brodeurs de Mots

Ecrire est la clef ~
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mot de septembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loli
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 18
Localisation : Ailleurs.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 3078

MessageSujet: Mot de septembre   Mer 12 Sep 2012 - 14:42

(No panic, c'est bien le mot de Luny, mais vu qu'elle s'est trompée de sujets, je modifie à sa place pour accélérer les choses.)

Héros

___________________




Rien n'était résolu quand le combat était fini, mais plus rien n'avait d'importance.
Chuck Palahniuk


Dernière édition par Loli le Mer 12 Sep 2012 - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Courselune
Stylo Confirmé
Stylo Confirmé


Date d'inscription : 03/07/2010
Messages : 1654

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Mer 12 Sep 2012 - 18:56

Vu que personne a commencé encore, est-ce que je peux changer ? steuplésteuplésteupléééééé ? :D
j'aimerais mettre Héros à la place. pour voir comment vous allez vous démerder. je vous préviens, y a intéret à avoir prise de position. B)

___________________



« WHY SO SERIOUS ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loli
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 18
Localisation : Ailleurs.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 3078

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Mer 12 Sep 2012 - 19:01

Vu que personne a commencé. ZUT HEIN.
Va pour héros ma vieille :P

___________________




Rien n'était résolu quand le combat était fini, mais plus rien n'avait d'importance.
Chuck Palahniuk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loli
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 18
Localisation : Ailleurs.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 3078

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Mer 12 Sep 2012 - 19:59

Les gens n’ont pas besoin de héros.

Axelle tendit le bras dans un geste impulsif, désespéré, un élan de souffrance et d’espérance pure. Sa paume s’écrasa si fort contre la vitre qu’elle sentit les os de son poignet craquer et le choc remonter dans son avant-bras. Un gémissement se perdit sur ses lèvres, les larmes qui submergeaient ses yeux menacèrent de s’écraser sur ses joues. Lentement, ses doigts se recroquevillèrent sur la surface froide et lisse du verre. Son vernis écaillé criait à l’aide, bleu comme un ciel mourant.

Tu trouves romantique d’être l’héroïne de quelqu’un, gamine ?

Elle savait qu’elle était pitoyable, qu’il la considérait ainsi. Sa haine était farouche et écrasante. Elle aurait pu la sentir même en fermant les yeux, même à des kilomètres de lui, même derrière un mur infranchissable – et après tout c’était bien un mur, cette vitre désespérante ; un mur sinon quoi ? Elle savait ce qu’il pensait, l’entendait déjà dire qu’elle n’était qu’une fillette pathétique, incapable de rester digne. Regarde Roxane, dirait-il. Pas un seul tremblement. Et il rirait, amer, parce que sa propre sœur le détestait alors qu’Axelle, cette gosse perdue qu’il méprisait tant, Axelle n’était plus qu’un tas de lambeaux de chair à vif tant elle souffrait pour lui. Elle voyait déjà ce sourire mauvais sur ses lèvres. L’orage était écrit dans ses yeux.

L’héroïne est une drogue, idiote. Elle détruit les gens.

Ses mains à lui étaient serrées sur ses genoux, contractées en poings inhumains de violence contenue. Elle devinait le moindre détail de ses phalanges blanches, ses veines saillantes, le pouce noué autour des doigts, l’épaule prête à se détendre, à lancer le poignet, la main. Frapper. Axelle détourna les yeux, désespérée par le souvenir des taches rouges sur sa peau basanée, le geste lent et effrayant dont il avait essuyé ses mains maculées de sang sur son jean. Elle revoyait cette haine en lui, coulant comme un poison, avec la même netteté qu’elle pouvait distinguer la mouche posée sur la vitre. Son bourdonnement sourd ressemblait à une voix. Elle voulut parler mais elle croisa son regard sombre, l’iris noir et pailleté d’or, et ses mots s’étouffèrent devant leur colère.

Les héros sont des gens stupides. Des gens qui se sacrifient alors qu’ils ont des gosses. Qui sauvent ceux qui ne demandent rien. Ils gâchent leur vie pour des utopies et veulent qu’on les remercie pour ça !


Une larme s’échappa de ses cils. Axelle se mordit la lèvre de toutes ses forces.
« Moi qui croyais que Barbara était la plus faible de nous. »
Calme, moqueuse et éraillée, la phrase avait traversé le carreau qui les séparait à la vitesse d’une flèche. Fichée en pleine poitrine.
« Arrête, Marvin… »
Ses mots s’étranglaient, entremêlés aux sanglots qu’elle refoulait difficilement.
« Regarde-toi, qui est le plus faible ? Qui cède à ses pulsions ? »
Il rit. Parce qu’elle trouvait encore la force de le défier. Ses yeux étaient noirs comme une pluie de cendres.
« Toi, regarde-toi. Je te dis depuis le début comment les choses vont finir. Et tu t’attaches quand même. C’est tellement pathétique. »
Elle ne trouva pas de réponse. Marvin haussa les sourcils.
« Tu pensais pouvoir changer le cours des choses, pas vrai ? Trouver le bon en moi ? M’empêcher de sombrer ? »
Le tonnerre à chaque mot. Un coup de foudre. Elle sentit les autres larmes se bousculer sur ses joues, comme si elle se noyait. D’autres mots se superposaient à ceux-là, des phrases que Marvin avait prononcé avant d’être ici, les mains pleines de sang, la voix pleine de haine ; peut-être voulait-il la tuer avec ça.

JE NE VEUX PAS ETRE SAUVE !

« Tout ça c’est ta faute, Axelle. Je l’ai fait pour toi. Pour te prouver que j’étais mauvais.
- Arrête. »
Un gémissement. Sa paume, plaquée à la vitre, était gelée. La mouche s’envola en ricanant et se posa sur ses joues humides.
« Tu ne me crois pas ? Mais c’est vrai ! Si je ne l’avais pas tué, tu essaierais encore de m’aimer, admets-le !
- Je…
- Mais je t’ai montré le monstre à temps. Je t’ai arrêté avant que tu ne sois détruite. »
Axelle suffoquait. Elle voulut se lever, quitter le parloir. Trébuchante, elle chercha des yeux la porte, l’issue, la gorge si nouée qu’elle crut s’asphyxier. Comme si ses mains lui serraient la gorge, ses mains couvertes d’hémoglobine.
« Tu ne me crois pas ? »
Son cri la retint. Elle se retourna et le vit debout, la main contre la vitre, à l’endroit exact où elle s’était tenue quelques secondes auparavant, mais de l’autre côté de la pièce ; un miroir, un reflet déformé. Elle eut l’impression de sentir sa paume dans la sienne. Ses doigts puissants lui enserraient le poignet, si fort qu’elle en avait mal. Elle hurla.
« Non. Non, je ne te crois pas !
- Tu as tort. »
Il ne souriait plus.
« C’est moi le héros, souffla-t-il. »
C’était une menace. Axelle secoua la tête, le visage inondé.
« Je n’ai pas besoin de héros. »
Elle vit clairement son poing s’abattre sur la vitre et le verre voler en éclats, mais c’était un rêve. Il n’avait fait que parler, un murmure inaudible qu’elle entendit aussi nettement qu’une détonation.
« Les héros détruisent les gens, Axelle. »
Le regard embué, elle s’enfuit en courant.

___________________




Rien n'était résolu quand le combat était fini, mais plus rien n'avait d'importance.
Chuck Palahniuk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Courselune
Stylo Confirmé
Stylo Confirmé


Date d'inscription : 03/07/2010
Messages : 1654

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Ven 14 Sep 2012 - 7:15

Je suis obligée de dire que c'est magnifique. avant même de commenter. c'est superbe.

___________________



« WHY SO SERIOUS ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabélyst
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 22
Localisation : Plus loin que tu ne le penses
Date d'inscription : 31/05/2010
Messages : 1928

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Ven 14 Sep 2012 - 10:12

Waw Loli... Entièrement d'accord avec Luny. C'est magnifique.

___________________




Image de base par Sakimichan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loli
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 18
Localisation : Ailleurs.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 3078

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Ven 14 Sep 2012 - 20:12

Rah, les filles. Kyah
Je l'ai écrit en une heure, à toute allure, obnubilée par ces vieux personnages. Je pensais pas que ça vous plairait comme ça. (Même si je l'espérais.) Mais ça me fait trop plaisir. Merci <3

___________________




Rien n'était résolu quand le combat était fini, mais plus rien n'avait d'importance.
Chuck Palahniuk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herbe Folle
Stylo Confirmé
Stylo Confirmé


Age : 20
Localisation : Ce n'est pas clair.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 1386

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Sam 15 Sep 2012 - 15:31

Oui Loli c'est magnifiquement horrible. Rien à redire.

___________________



Monde morbide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://herbysbooks.canalblog.com/
Loli
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 18
Localisation : Ailleurs.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 3078

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Sam 15 Sep 2012 - 16:33

Merci Muahaha

___________________




Rien n'était résolu quand le combat était fini, mais plus rien n'avait d'importance.
Chuck Palahniuk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W.Bee
Stylet Bavard
Stylet Bavard


Age : 19
Localisation : Dans mon lit, probablement.
Date d'inscription : 31/08/2011
Messages : 220

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Dim 16 Sep 2012 - 17:15

Il n’avait pas hésité quand il avait vu la fumée et avait couru vers l’immeuble. Les flammes avaient dévoré une partie de ses vêtements et l’enfant dans ses bras avait toussé, toussé, et toussé encore, et il avait eu peur, si peur, et il était sorti. La lumière du jour l’avait aveuglé. Il avait eu son visage noirci de cendre à la une des journaux et il avait été un héros pour un jour. On lui accorda même une interview à la télévision dans laquelle il dit que ce qu’il avait fait était normal. On l’avait reconnu dans la rue et des gens lui avaient dit que ce qu’il avait fait était très bien. Pendant quelques jours on l’avait félicité puis les gens avaient un peu oublié, mais pas lui. Il se souvenait des flammes. De la fumée. Et l’odeur, bon dieu, l’odeur de chair cramée, et ça faisait mal à la tête le soir. La nuit il entendait la toux du gamin, la toux du gamin dans le noir, et ça faisait peur. Il était allé voir un médecin, un psychanalyste, et ça avait coûté cher mais ça n’avait rien apporté. Il en avait parlé à un type de son boulot qui lui avait parlé d’état de choc mais ce type, c’était un abruti. Et tous les soirs, le gamin toussait dans la nuit, il toussait si fort qu’il se demandait s’il n’allait pas se déchirer la gorge. Il avait peur pour le gamin. La mère qui pleurait beaucoup l’avait remercié et avait remercié Dieu mais il se demandait si le gamin n’était pas tombé malade. Le gosse devait avoir huit ans tout au plus et il pesait une trentaine de kilos à tout casser mais il toussait si fort, si fort, qu’il paraissait bien plus lourd. Et lui, lui qui l’avait sauvé, qui était un Héros, il avait eu l’impression que le gosse était aussi lourd que lui, qu’il était lui-même un gosse, qu’il était un gamin de huit ans qui courrait dans les flammes et qui avait très peur. Très peur, car il avait joué avec les allumettes et tout avait brûlé, et il criait, « Maman, Maman ! » mais Maman ne répondait pas. Il retourna voir le psychanalyste, lui parla de ses souvenirs d’enfance, mais il n’apprit rien de plus. Il alla au cimetière voir Maman. Il se souvenait du placard en métal où il s’était caché vingt ans auparavant, parce qu’il avait joué avec des allumettes, fait brûler les torchons et comme il avait peur et que la nappe prenait feu et aussi la table et tout autour, il s’était caché dans le placard en acier inoxydable. Les flammes n’étaient pas rentrées, mais la fumée si, et il avait toussé et toussé et toussé jusqu’à ce que les pompiers arrivent et le sortent du placard et Maman n’avait pas répondu ni pleuré ni remercié Dieu car Maman n’était plus là, il avait joué avec les allumettes et maintenant Maman n’était plus là. Il n’y avait pas de Dieu à remercier parce que Maman n’était plus là, et Dieu n’existait pas. Et il avait toussé et toussé dans le placard en pleurant pour Maman et il avait toussé et il était tombé malade et il avait sauvé le gamin il s’était sauvé et ils avaient toussé et toussé encore et encore et ils tomberaient malade et Maman ne reviendrait pas car ils étaient trop malade la suie était partout la fumée et les flammes et il faisait trop chaud et Maman Maman Maman qui ne répondait pas qui ne venait pas le sauver car elle était partie et ça sentait la viande brûlée et il avait tellement toussé et tout les soirs dans le noir il toussait encore et le gamin toussait ils toussaient tout les deux pour toujours car ils étaient malade et Maman n’était plus là plus là plus jamais à cause des flammes et des allumettes à cause de lui Maman Maman plus là à cause de lui Maman non Maman Maman Maman Maman MAMAN MAMAN MAMAN MAMAAAAAAAAAAAAAAAAAAN MAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

___________________



Fury under the hood, the charge of motherhood, I will never be slowed, will not be caged.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loli
Brodeur Inspiré
Brodeur Inspiré


Age : 18
Localisation : Ailleurs.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 3078

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Mer 19 Sep 2012 - 15:34

C'est très beau Bisounours (enmodeouijesaiscen'estpasconstructif)

___________________




Rien n'était résolu quand le combat était fini, mais plus rien n'avait d'importance.
Chuck Palahniuk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupoune
Stylet Bavard
Stylet Bavard


Age : 19
Localisation : Au dessus des nuages
Date d'inscription : 18/04/2011
Messages : 411

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Sam 22 Sep 2012 - 12:46

Moi aussi commentaire non constructif en vue !
Vous êtes vraiment douées <3

___________________



Il est temps de vivre la vie que tu t'es imaginée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Courselune
Stylo Confirmé
Stylo Confirmé


Date d'inscription : 03/07/2010
Messages : 1654

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Dim 30 Sep 2012 - 14:08

W.Bee, tu sais que je suis pas fan d cette façon d'écrire. je trouve ça absolument jouissif à écrire, mais très lourd à lire. et pourtant. c'est magnifique. bouleversant. ça doit être cette période post-mensuel, mais j'adore tout ce que je lis. merci pour cette petite perle. en court métrage, ça doit être magnifique. le même décors que Comfortably numb. :D

___________________



« WHY SO SERIOUS ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herbe Folle
Stylo Confirmé
Stylo Confirmé


Age : 20
Localisation : Ce n'est pas clair.
Date d'inscription : 29/05/2010
Messages : 1386

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Dim 30 Sep 2012 - 19:36

Tout ce qui touche de près ou de loin à la perte d'une mère me touche. Donc forcément je trouve ce texte très beau et horrible. Mais très bien écrit.

___________________



Monde morbide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://herbysbooks.canalblog.com/
Fraisy
Stylo Confirmé
Stylo Confirmé


Age : 20
Localisation : *en cours de chargement*
Date d'inscription : 06/06/2010
Messages : 1706

MessageSujet: Re: Mot de septembre   Sam 6 Oct 2012 - 23:43

J'adore les deux textes. Très différents mais magnifiques. Bwah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mot de septembre   Aujourd'hui à 8:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Mot de septembre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» élections sénatoriales fixées au 21 septembre
» C'était un 11 septembre
» BILAN SEPTEMBRE/OCTOBRE (edit avec photos)
» Argelès plage en septembre
» alerte meteo pour le 3 septembre (maintenus pour le 4)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Brodeurs de Mots  :: Au Café du Coin. :: Le mot du mois-
Sauter vers: